LA S.M.R.

Fondée en 1859 à Saint-Pétersbourg par Anton Rubinstein sous le patronage de la grande-duchesse Elena Pavlovna, LA SOCIETE MUSICALE RUSSE avait pour but de favoriser l’extension de l’enseignement musical et d’encourager les activités des interprètes et compositeurs russes. En 1860 est fondée la section moscovite de la Société.

En 1862 le Conservatoire de Saint-Pétersbourg est inauguré, premier établissement d’enseignement musical en Russie. Il est dirigé par Anton Rubinstein. Son frère Nikolaï inaugure en 1866 le Conservatoire de Moscou. Le corps pédagogique compte à l’origine un certain nombre d’étrangers (par ex. le violoniste Wieniawski à Saint-Pétersbourg, les pianistes Klindworth et Pabst à Moscou), mais se russifie rapidement. Tchaïkovsky fait partie des premiers élèves de Saint-Pétersbourg, puis des premiers professeurs de Moscou. En 1871, Rimski-Korsakov est nommé professeur à Saint-Pétersbourg.

La Société Musicale Russe, qui s’intitule officiellement à partir de 1869 Société Impériale Russe de Musique, s’occupe activement à l’organisation de concerts de musique russe et occidentale et de concours de composition. Au cours des années 1860-80 de nombreuses filiales apparaissent en province : Kiev, Kazan, Nijni-Novgorod, Pskov, Tiflis, Odessa… En 1892 le président de la Société Musicale Russe est le grand duc Konstantin Romanov, poète et musicien, proche ami de Tchaïkovsky. En 1909, Rachmaninoff est nommé inspecteur de la musique auprès de la direction de la Société.

Après la Révolution de 1917, la Société Musicale Russe cesse d’exister dans son pays. Un grand nombre de musiciens émigrent au cours des années suivantes. 1923 voit la fondation du Conservatoire Russe de Paris. Son premier directeur est Nikolaï Tcherepnine. Une Société Musicale Russe à l’Etranger est recréée, à l’image de l’ancienne Société Impériale. Rachmaninoff, rapidement devenu le symbole de la musique russe en exil, en est nommé président d’honneur et donne son nom au Conservatoire. Au cours des premières décennies de son existence le Conservatoire bénéficie des activités artistiques et pédagogiques de personnalités telles que Chaliapine, Gretchaninov, Medtner, Glazounov, Lifar, Horowitz, Borovski, Piatigorski…

Depuis, les générations suivantes de musiciens russes, descendants ou nouveaux émigrés, ont repris le flambeau. Ils maintiennent les traditions de la culture musicale russe et les spécificités de son enseignement. Les élèves travaillent en cours particulier avec le professeur. Une attention particulière est accordée à la simultanéité de l’acquisition des données techniques et théoriques de la musique avec l’expressivité naturelle, évitant d’emblée le clivage entre le « métier » et l’interprétation, et tendant au contraire vers une osmose de toutes les composantes physiologiques, sonores et émotionnelles.

Le Conservatoire Russe possède des classes de piano, chant, instruments à cordes, flûte, harpe, instruments populaires russes, ainsi que des classes de théorie, écriture, histoire musicale, des classes d’éveil musical pour enfants, et aussi des cours de langue russe. De nombreux concerts, conférences, manifestations culturelles diverses continuent à assurer le rayonnement et la réputation du Conservatoire.

Depuis près de trois quarts de siècle le Conservatoire Russe occupe l’immeuble du 26 avenue de New York à Paris, dans lequel est rassemblée une remarquable collection d’œuvres d’art (bustes, tableaux, gravures rares) de portraits et d’autographes de musiciens. Tous ceux qui ont fréquenté cette maison s’accordent unanimement à lui trouver « une âme ».

Une très importante bibliothèque musicale, rassemblée au Conservatoire, va prochainement être mise à la disposition des musiciens et des chercheurs. Près de 40.000 titres (partitions et livres musicaux) seront ainsi disponibles, avec projet Internet.

La Société Musicale Russe en France est  reconnue d’Utilité Publique.